fredleborgne.pleindepages.fr

Guerre contre les majors

Samedi 21 octobre 2017

Accueil

Livre 1 et 2

Livre 3 et 4

Livre 5

Nouvelles

Engagez-vous

Téléchargement

Liens

Annonce

Vive le libre

Archives

 

Admin

Articles

Macron piège à cons !

Giflé ou pas ?

Dois-je supporter le prosélytisme de ceux qui prônent la tolérance à leur égard ?

Un livre "Doré" sur tranche"

Tsahal à la niche

La maltraitance des personnes agées

Grosse fatigue

L'ère de la peur ?une nouvelle ère ?

Gare à l'émotion

Peut-on se révolter sans violence ?

Salon du Livre à Niort - J'espère bien en être

Coups de gueule sur Atramenta

Migrantophilie d'état : c'est déjà fini !

Je maudis hollande et les enculés de la repression routière à outrance

Migrantophilie : les artistes vautours

Bye Bye Pays de merde !

Une alternative à la peine de mort

Un petit like pour facebook et autres réseaux sociaux.

Qui était Chantal Malignon ?

Non au série-torpillage !

Webdisséminons

Rendre l'Ukraine à la Russie ?

Mea Culpa

Internet : un déversoir de brutalités et de haine

Niquer le blocus de "La Tortue"

La Loi Pinel aujourd'hui dans notre cul !

Mais qu'elle est conne !

Touche pas à mon code pénal

Pour l'application réelle et durable d'une laïcité au service du peuple

La chasse aux sorcières complotistes est ouverte

Le droit de blasphémer

Bye Bye Charlie. Et t'inquiète pas, tu ne manqueras à personne.

Un pigeon djihadiste attente à l'image présidentielle durant la Charlie Parade

J'emmerde les religions !

Mes nouveaux ennemis inconditionnels

Pauvres Charlies

Surtout, ne pas récupérer Charlie Hebdo

Le maire d'Angoulême met ses SDF gênants et alcoolisés au banc sec

Mammie Loto s'est évadée pour Noël

Lutte contre le racisme et l'antisémitisme érigé en cause nationale

Anti-féministe primaire

T'es encore là Rachid ?

La Grande Guerre pour retrouver "confiance en nous"

Mammie Loto bientôt en prison de retraite ?

Pourquoi je n'achèterai pas Huawei !

Résidences secondaires taxées :: la pause fiscale n'aura pas duré

Les portables de la honte

Le chômage de très longue durée explose

Et si on volait les morts ? Vous n'oseriez pas, le gouvernement va le faire !

Conquête de l'espace : le prix du sang

L'invasion des grenouilles

La dernière provoc de Pierre Gattaz

6 français sur 10 sont des grosses merdes

Des barrages privatisés ?

«Que chacun soit conscient que nous sommes dans une société violente, inflammable»

Un barrage sans retenue

Académie Balzac - Les dessous de la Push Réalité

Académie Balzac - Bon pet, Pierre Paul

Académie Balzac - La nouvelle donne

Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler

2 critiques qui font chaud au coeur

Mahiedine Mekhissi et la médaille d'or au 3000 mètres : qu'il aille se faire voir chez les grecs

27 pilotes de chasse israéliens refusent de bombarder les civils palestiniens !

Comment être moins con qu'un raciste à peu de frais ?

Je quitte facebook aujourd'hui

Merci Philippe D

Contre la pub

Philippe Devos et la leçon à tirer des Européennes 2014

Démocratie Réelle Censurée

In Libro Veritas version 3.0

Démocratie Réelle Paris Maintenant contre Démocratie Réelle

Découvrir Démocratie Réelle en vidéo

Le Grand Jour de la Faux Soyeuse

Théorie du genre et homophobie, nouvel arsenal fléau et liberticide

Couacs dans les gazouillis français

Peillon au piquet

J'emmerde Najat Vallaud Belkacem

L'incommensurable fiasco de M.Valls

Merci Dieudonné

Non M.Arno Klarsfield

Le rapport Bonnell

Démocratie Réelle, c'est parti !!!!!!!!

La grande victoire de Dieudonné.

Peuple Socialiste, prends le pouvoir ou perds tout

Et pour 2014 ?

Affaire Dieudonné : mais à quoi sert la justice ?

Lettre ouverte à Christophe VANHUYSE, ex-gestionnaire de mon assurance-vie

"Petites gens" de Claudine Lux

Non à un acte de guerre contre la Syrie

Que les stigmatisés baissent le doigt

Un défilé militaire au rabais

Un président normalement constitué_ consti_ con !

Tout sur mon cul

Merde à la lipposuccion socialiste

Une vague d'indignation contre la taxe LESCURE

On vous suit de très près...

Faisons de Notre-dame des Landes le Stalingrad des vautours mondialistes

Mariage homosexuel : quand égalité de droits peut devenir abus...

Un ebook gratuit à large diffusion

Abeilles de Jacky Fils second gagnant du concours Atramenta

Préparez-vous au bank run du 21/12/2012

Messieurs les riches, vous pouvez vous casser !

Exilés fiscaux : faut-il acheter pour leur profit ?

C'était déjà idiot comme site...

Ecoeuré

Analyse surprise du Top 20 d'Atramenta

La France bâillonne les candidats indépendants aux législatives

Lettre de licenciement de Nicolas SARKOZY

Urgence AGORAVOX

Tous contre ACTA (Vidéo)

La camisole des anges

Gens de droite - Gens de gauche

Un nouveau Robin sur la Toile

Quand Robin des Bois s'indigne...

Le manifeste des femmes

Nous sommes tous des veaux qu'on égorge !

Nous sommes tous des Bayonnais !

Du Boycothon au "Black March"

Rémi Ochlik

De l'horreur au quotidien

Le 21 décembre 2012, ça va fuiter ! Vous êtes Anonymous ! Nous sommes Anonymous !

Zidane est-il con comme une bite ?

"Intouchables" à la poursuite des chtis.

Aujourd'hui, les travailleurs grecs victimes du FMI

La vérité... vous allez vous emmerder

Foutre la paix à "Intouchables"

Plongée dans l'infamie d'ubu

La vérité si je mens 3 : la comédie la plus entendue de l'année.

Il était une fois un abribus

Megamorano.com

Les révoltés qu'on nous cache

La guerre du Net devient visible

Les entreprises françaises qui soutiennent la SOPA

Déclaration de souveraineté populaire

Message des indignés

Bonnes Fêtes

Quand la perméthrine tue les chats et la liberté d'expression

Urgence quotidienne

Traduction CR 17 novembre Occupy Wall Street

Appel citoyen d’Occupons la Défense

Les indignés sont toujours à La Défense

Le site des indignés de la défense

Les indignés à la Défense

Le droit des peuples

Lisa est orpheline

Affaire DSK - Jusqu'à la lie

Dennis Ritchie est mort

Affaire DSK : et si la vérité était ailleurs

Les fantômes de l'internet

L'appel de HLM

Je suis mécontent de bâti-renov

La révolution à la française : appliquons le droit de grève individuel à deux

Vite fait - Respire

Le libre manque t-il d'entrepreneurs ? En voici un nouveau

2011 : La facture sociale

Wikileaks, Loic et le "Grand Foutoir"

Cantona et l'effet de masse

Affaire Houellebecq : Merci au Post

Affaire Houellebecq : Le monde de l'édition se couvre de honte.

Affaire Houellebecq : et la suite ?

La "Règle du jeu" : Nid de pions

Affaire Houellebecq. L'enfumage d'Emmanuel Pierrat

Bruno Krol ; très vite, très court

Affaire Houellebecq : un excellent point de situation de Nicolas Gary

Ce ne sont pas des pédophiles mais ils sont agaçants

L"affaire" Houellebecq" rebondit : la "carte et le territoire" en libre accès sur Internet

Transfert de domaine _- interruption du site

Opération "faites sauter la banque"

Libre de créer, rêver, apprendre, donner...

Vous avez demandé la liberté d'expression ? Ne tweetez pas...

Absence sur ILV

Opération Wicked sur ILV

C'est dimanche

Comment l'histoire se réécrit chaque jour...

Thierry Mulot dédicace...

Ces industriels qui n'aiment pas le prêt

Droit du travail : Les précaires n'ont droit que de se faire enfumer

Besoin de rire

Bienvenue à ceux qui arrivent via Lepost.fr (et aux nouveaux lecteurs)

La "censure de précaution"

Manif au pays des Bisounours

Donnant-prenant-crachant

Pourquoi ne pas sécuriser sa ligne internet

Gadjo : Frédéric Mitterand n'en parlera pas

Patrimoine en péril

Faut-il avoir peur d'HADOPI

Flammarion soutient houellebecq et préconise le vol des anonymes

Houellebecq pirate du Net ?

Le Loup bientôt reconduit à la Frontière

Jailbreakons !

Vous reprendrez bien une couche de ridicule ?

Cathyleen est partie

Encore un article censuré : Polanski peut-il rentrer en France ?

Contrôle Permanent VS Grand Foutoir

Préparez vos vacances

Outrage aux libertés fondamentales

Une riche actualité...pauvre de nous !

Salaber contre-attaque

Il pleut sous nos képis

Protection des oeuvres sur ILV

Excuses aux lecteurs assidus

L'édition équitable face au marché traditionnel du livre

BHL fait des botulises sur la Règle du Jeu

Identité Nationale : un débat qui pue

Un petit message

Inégalités médicales

L'impossible protection Wifi de sa box

Confession d'un pédophile : l'impossible filtrage du net

Soutien au Casseroles DAY

Deux articles sur le post

Encore et encore

Chasse au trésor

Publicité : M6 nous impose une nouvelle torture

Pas de nouvelle, mauvaise nouvelle.

Disparition passée à la trappe

Sarkozy va annoncer deux nouvelles gabelles pour Internet au nom de la création artistique.

L'affaire des 94 millions de vaccins : et si tout était faux ?

Bono : Quels moyens contre le piratage ?

Véhicules brûlés pour la Saint-Sylvestre : ce soir, on vous met le feu

Inactifs aujourd'hui, radioactifs demain !

Lettre à Monsieur Polanski

Perpète pour 360 000 euros

ACTA : Nicolas Dupont Aignan pose les questions qui fâchent

Petit barbecue entre amis

Vers l'enfermement des SDF

La justice recule en Grande Bretagne

Un petit coup de blues ?

La pauvreté

Désobéissance civile ou droit d'expression ?

ALBANEL : Le retour

Non non non et NON !

Internet mis au pas par l'OMC ?

L'ACTA kesako ?

Comment fonctionneront les miliciens d'HADOPI ?

Mr Benjamin BAYART au Bistro du Libre

Annonce

La Bataille HADOPI

Vietnamisation

Incognito : la mouche du coche

Et voici venir la peoplesphère

Les mensonges d'HAdopi

Les internautes insultés

Mission création et internet : sensible

La neutralité du Net

Pensées de la SNAC

Le Pacte pour les Libertés Numériques

Quelques principes de manipulation

HADOPI : un combat sans merci

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

Orphary : Réminiscenses

Orphary : jeune auteure d'ILV.

En 2008, cette nouvelle fut classée première d'un concours sur ILV.


Réminiscences

Il était une fois, un fort charmant jeune homme, perdu dans un univers merveilleux où les songes les plus fous sont ancrés dans le quotidien. Il aimait se laisser glisser dans les méandres des sons, plonger dans les gammes de couleurs, de lumière et se noyer dans la musique des vers. Mais son existence pouvait se résumer en quelques mots : les études, le rêve et la recherche d’une âme sœur. Cupidon l’avait délaissé, trop occupé avec sa chère et tendre Cupidone. Son cœur restait vide, au moins dans cette vie, il battait seulement pour assurer la survie de cet être. Son âme se réfugiait donc de temps à autres dans les volumes au nombre de pages exorbitant, dans ces livres sans début, sans fin et sans fond.

Ce jour là, il lisait dans un petit coin sombre et éloigné, où ne s’aventurent que les voyageurs persévérants. Une pile de livres était posée sur la table et attendait qu’on s’y intéresse. Le jeune homme qui venait juste de donner le coup de grâce à une encyclopédie jeta un regard timide sur son butin, soupira, prit un volume et l’ouvrit délicatement. Il maniait les pages avec un geste rapide et précis, ses yeux cherchant perpétuellement un élément à retenir. Plus les heures passaient, plus le nombre de caractères à dévorer s’amincissait.
Il allait entamer le dixième chapitre quand son regard fut attiré par une note manuscrite : « C’est ici que tout commence ». Il tourna les pages d’une main tremblante d’excitation et aperçut qu’au bas de chacune d’elles étaient griffonnés des vers qu’il trouva très plaisants à la lecture. Alors l’intérêt envers le contenu de ce volume baissa rapidement, en effet il ne lisait plus que ces mots qui l’intriguaient énormément. Il s’interrogea sur leur provenance, leur propriétaire et son étrange écriture. Il en fit même une obsession, il analysait les vers et en cherchait tous les sens cachés.

Plus il avançait dans sa lecture, plus les chances d’obtenir un indice se réduisaient et avec chaque page lue l’espoir de trouver des réponses à ses questions s’envolait, l’attristant de plus en plus. Le jeune homme attachait pourtant beaucoup d’importance au dénouement de ce mystère. Quel destin terrible me direz–vous ! Certes, mais notre héros ne se découragea pas pour autant, il n’avait rien à perdre, rien à gagner dans cette affaire, il voulait néanmoins savoir.
C’est avec une certaine mélancolie qu’il tourna la dernière page, il voulait savourer lentement ces mots qui étaient un vrai feu d’artifice d’émotions, il lisait chacun des vers plusieurs fois s’imprégnant de leur parfum, de leur âme. Quand cette mystérieuse plume poussa son dernier soupir, le jeune homme ne put s’empêcher de laisser couler une larme de chagrin, de regret, de déception car au bas de la page, en tant que récompense pour cet effort de lecture figurait une phrase dont la limpidité laissait à désirer : « Hors des mots, git le savoir » Il ferma le livre et le jeta avec colère sur la table. Il s’étira sur sa chaise et poussa un long soupir. Après un instant de réflexion il tendit la main vers le volume et l’attrapa. Il le tourna dans tous les sens, il ferma les yeux, caressa la couverture et y remarqua une ouverture, il y passa un doigt et sentit qu’il y avait un morceau de papier. Il prit des ciseaux et sortit le petit trésor. Il le déplia soigneusement. C’était une note, écrite de la même main que les vers : « L’énigme prend fin, sous la dalle du couloir B » Le jeune homme jeta avec dégoût cet indice. Il n’existait, à sa connaissance, aucun couloir B dans cet établissement mais il ne voulait pas abandonner. Il se leva d’une geste brusque, courut jusqu’à la réserve de la bibliothèque, poussa la porte et sortit de l’étagère les anciens plans du bâtiment. Le couloir B se trouvait dans l’aile nord, dans une zone désaffectée. Il les remit à sa place, sortit de la salle, descendit les escaliers. Arrivé à destination, la porte n’étant pas verrouillée, il l’ouvrit.
Le couloir était plongé dans l’obscurité, le jeune homme activa alors l’interrupteur. La pièce s’éclaira et le jeune homme se retrouva projeté 50 ans en arrière, en effet les décors étaient d’époque, dans un état plutôt bien conservé. Il se demanda, que faire pour trouver la fameuse dalle dans un couloir qui était d’une longueur décourageante. De plus celles–ci étaient toutes ornées du même symbole : une fleur de lys. Mais au bout de quelques temps il aperçut que sur l’une d’elles les couleurs étaient différentes. Il la souleva et trouva au–dessous un petite boite métallique, à l’intérieur il y avait un médaillon. Il le nettoya un peu, l’ouvrit et aperçut le portrait d’une jeune fille qu’il trouva magnifique et en face il reconnut son propre visage. Notre héros poussa un cri de surprise : il croyait rêver. Il resta quelques minutes en état de choc, puis il reprit ses esprits. D’un geste rapide il glissa le médaillon dans sa poche. Il regarda à nouveau la boîte et y aperçut une photographie, celle d’une tombe dans le cimetière de la ville. Un sentiment étrange l’envahit, il était intrigué par cette histoire, mais en même temps déçu de chaque indice.
Il voulait continuer l’aventure, alors il sortit du bâtiment et se retrouva dans la rue. La nuit était tombée déjà depuis quelque temps, la ville était vide. Il allait traverser l’avenue quand une automobile très ancienne, mais joliment restaurée le frôla. Le jeune homme continua comme si de rien n’était, sa route vers le cimetière. Arrivé à destination il poussa la grille et entra. Il fit le tour, et trouva la tombe qu’il recherchait. Il y accéda non sans peine, personne n’était venu à cet endroit depuis bien longtemps. Les noms des défunts étaient effacés par le temps, illisibles. Il y avait deux portraits, les mêmes que ceux du médaillon. Il fixa celui de la jeune fille, il éprouvait tant d’affection pour ses vers, il appréciait son visage, si il fermait les yeux il pouvait sentir son parfum et toucher sa chevelure. Il la comprenait, il la connaissait, et il l’aimait. Pourtant il était sur de ne l’avoir jamais vu. Une pointe de colère se fit sentir dans son cœur, il était perdu, perdu dans l’ignorance qui n’en était pas une. Il voulait exprimer son désir de comprendre et sa volonté d’avoir les réponses à ses questions. Il poussa un cri de rage et éclata en sanglots, et il entendit un bruit dans les buissons.

– Qui est là ?

Pas de réponse

– Qui est là, bon sang !

Toujours aucune réponse. Le jeune homme crût que la fatigue l’avait gagné, il se calma et s’assit. Mais tout à coup il sentit une présence, il se retourna et aperçut une magnifique créature, aux cheveux blonds et ondulés, qui avait des yeux plus beaux que n’importe quelle pierre précieuse, une créature angélique : celle du portrait.

– Enfin, tu es revenu, dit–elle.
Notre héros stupéfait ne put rien répondre.

– Je t’ai tant attendu, il faut accepter notre destin et partir vers les cieux pour y passer une existence tranquille, cela ne sert à rien de rester, ici il n’y a plus rien pour nous, viens, le bonheur nous attends, toi et moi.

– Ne me touchez–pas, qui êtes–vous ? Éloignez–vous de moi !

– Comment ça, qui je suis ? Ta bien aimée voyons ! Nous vivions heureux, tu étais mon égérie, je ne vivais que pour écrire, et toi seulement pour lire mes vers. Chaque jour que nous passions ensemble était comme dans un rêve, jusqu’au jour où … Ne comprends donc tu pas ? Nous ne faisons plus partie de ce monde, tu ne te souviens pas ? Ta mémoire te ferait–elle défaut ? Il y avait du brouillard ce jour là, nous traversâmes cette avenue que tu aimes tant, et une automobile nous ôta la vie …

Les souvenirs revinrent assez rapidement au jeune homme : à cette époque là il ne voulait pas accepter sa mort, il avait donc décidé d’oublier, il errait sans but, destin malheureux d’esprit sombre.

– Viens, dit–elle en l’incitant à la suivre.

Ils se donnèrent la main, et ensemble montèrent dans le navire conduisant vers de nouvelles terres : les cieux. Et ils y vécurent heureux.


Dernière modification le : 14/12/2009 @ 23:52
Catégorie : Auteur

Spécial

Dernière mise à jour le 25/03/2016


NON à Valls, Belkacem et Rebsamen ! Merde à Hollande et à l'UMP...

Merde à la haute finance et ses putains de vautours assassins!

STOP ACTA





Notre amie Cathyleen reste dans nos coeurs.

Infos site

Webmaster :
Fredleborgne

Envoyer un message


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 875964 visites
depuis le 13/09/2009

Sondage

Quelle rubrique préférez-vous ?

Mes articles

Les CP d'Odebi

Les nouvelles

Les auteurs libres

Mes petits écrits

Résultats

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.9
PHP version 5.2.17