fredleborgne.pleindepages.fr

logodebi.jpg

Mercredi 16 août 2017

Accueil

Livre 1 et 2

Livre 3 et 4

Livre 5

Nouvelles

Engagez-vous

Téléchargement

Liens

Annonce

Vive le libre

Archives

 

Admin

Articles

Macron piège à cons !

Giflé ou pas ?

Dois-je supporter le prosélytisme de ceux qui prônent la tolérance à leur égard ?

Un livre "Doré" sur tranche"

Tsahal à la niche

La maltraitance des personnes agées

Grosse fatigue

L'ère de la peur ?une nouvelle ère ?

Gare à l'émotion

Peut-on se révolter sans violence ?

Salon du Livre à Niort - J'espère bien en être

Coups de gueule sur Atramenta

Migrantophilie d'état : c'est déjà fini !

Je maudis hollande et les enculés de la repression routière à outrance

Migrantophilie : les artistes vautours

Bye Bye Pays de merde !

Une alternative à la peine de mort

Un petit like pour facebook et autres réseaux sociaux.

Qui était Chantal Malignon ?

Non au série-torpillage !

Webdisséminons

Rendre l'Ukraine à la Russie ?

Mea Culpa

Internet : un déversoir de brutalités et de haine

Niquer le blocus de "La Tortue"

La Loi Pinel aujourd'hui dans notre cul !

Mais qu'elle est conne !

Touche pas à mon code pénal

Pour l'application réelle et durable d'une laïcité au service du peuple

La chasse aux sorcières complotistes est ouverte

Le droit de blasphémer

Bye Bye Charlie. Et t'inquiète pas, tu ne manqueras à personne.

Un pigeon djihadiste attente à l'image présidentielle durant la Charlie Parade

J'emmerde les religions !

Mes nouveaux ennemis inconditionnels

Pauvres Charlies

Surtout, ne pas récupérer Charlie Hebdo

Le maire d'Angoulême met ses SDF gênants et alcoolisés au banc sec

Mammie Loto s'est évadée pour Noël

Lutte contre le racisme et l'antisémitisme érigé en cause nationale

Anti-féministe primaire

T'es encore là Rachid ?

La Grande Guerre pour retrouver "confiance en nous"

Mammie Loto bientôt en prison de retraite ?

Pourquoi je n'achèterai pas Huawei !

Résidences secondaires taxées :: la pause fiscale n'aura pas duré

Les portables de la honte

Le chômage de très longue durée explose

Et si on volait les morts ? Vous n'oseriez pas, le gouvernement va le faire !

Conquête de l'espace : le prix du sang

L'invasion des grenouilles

La dernière provoc de Pierre Gattaz

6 français sur 10 sont des grosses merdes

Des barrages privatisés ?

«Que chacun soit conscient que nous sommes dans une société violente, inflammable»

Un barrage sans retenue

Académie Balzac - Les dessous de la Push Réalité

Académie Balzac - Bon pet, Pierre Paul

Académie Balzac - La nouvelle donne

Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler

2 critiques qui font chaud au coeur

Mahiedine Mekhissi et la médaille d'or au 3000 mètres : qu'il aille se faire voir chez les grecs

27 pilotes de chasse israéliens refusent de bombarder les civils palestiniens !

Comment être moins con qu'un raciste à peu de frais ?

Je quitte facebook aujourd'hui

Merci Philippe D

Contre la pub

Philippe Devos et la leçon à tirer des Européennes 2014

Démocratie Réelle Censurée

In Libro Veritas version 3.0

Démocratie Réelle Paris Maintenant contre Démocratie Réelle

Découvrir Démocratie Réelle en vidéo

Le Grand Jour de la Faux Soyeuse

Théorie du genre et homophobie, nouvel arsenal fléau et liberticide

Couacs dans les gazouillis français

Peillon au piquet

J'emmerde Najat Vallaud Belkacem

L'incommensurable fiasco de M.Valls

Merci Dieudonné

Non M.Arno Klarsfield

Le rapport Bonnell

Démocratie Réelle, c'est parti !!!!!!!!

La grande victoire de Dieudonné.

Peuple Socialiste, prends le pouvoir ou perds tout

Et pour 2014 ?

Affaire Dieudonné : mais à quoi sert la justice ?

Lettre ouverte à Christophe VANHUYSE, ex-gestionnaire de mon assurance-vie

"Petites gens" de Claudine Lux

Non à un acte de guerre contre la Syrie

Que les stigmatisés baissent le doigt

Un défilé militaire au rabais

Un président normalement constitué_ consti_ con !

Tout sur mon cul

Merde à la lipposuccion socialiste

Une vague d'indignation contre la taxe LESCURE

On vous suit de très près...

Faisons de Notre-dame des Landes le Stalingrad des vautours mondialistes

Mariage homosexuel : quand égalité de droits peut devenir abus...

Un ebook gratuit à large diffusion

Abeilles de Jacky Fils second gagnant du concours Atramenta

Préparez-vous au bank run du 21/12/2012

Messieurs les riches, vous pouvez vous casser !

Exilés fiscaux : faut-il acheter pour leur profit ?

C'était déjà idiot comme site...

Ecoeuré

Analyse surprise du Top 20 d'Atramenta

La France bâillonne les candidats indépendants aux législatives

Lettre de licenciement de Nicolas SARKOZY

Urgence AGORAVOX

Tous contre ACTA (Vidéo)

La camisole des anges

Gens de droite - Gens de gauche

Un nouveau Robin sur la Toile

Quand Robin des Bois s'indigne...

Le manifeste des femmes

Nous sommes tous des veaux qu'on égorge !

Nous sommes tous des Bayonnais !

Du Boycothon au "Black March"

Rémi Ochlik

De l'horreur au quotidien

Le 21 décembre 2012, ça va fuiter ! Vous êtes Anonymous ! Nous sommes Anonymous !

Zidane est-il con comme une bite ?

"Intouchables" à la poursuite des chtis.

Aujourd'hui, les travailleurs grecs victimes du FMI

La vérité... vous allez vous emmerder

Foutre la paix à "Intouchables"

Plongée dans l'infamie d'ubu

La vérité si je mens 3 : la comédie la plus entendue de l'année.

Il était une fois un abribus

Megamorano.com

Les révoltés qu'on nous cache

La guerre du Net devient visible

Les entreprises françaises qui soutiennent la SOPA

Déclaration de souveraineté populaire

Message des indignés

Bonnes Fêtes

Quand la perméthrine tue les chats et la liberté d'expression

Urgence quotidienne

Traduction CR 17 novembre Occupy Wall Street

Appel citoyen d’Occupons la Défense

Les indignés sont toujours à La Défense

Le site des indignés de la défense

Les indignés à la Défense

Le droit des peuples

Lisa est orpheline

Affaire DSK - Jusqu'à la lie

Dennis Ritchie est mort

Affaire DSK : et si la vérité était ailleurs

Les fantômes de l'internet

L'appel de HLM

Je suis mécontent de bâti-renov

La révolution à la française : appliquons le droit de grève individuel à deux

Vite fait - Respire

Le libre manque t-il d'entrepreneurs ? En voici un nouveau

2011 : La facture sociale

Wikileaks, Loic et le "Grand Foutoir"

Cantona et l'effet de masse

Affaire Houellebecq : Merci au Post

Affaire Houellebecq : Le monde de l'édition se couvre de honte.

Affaire Houellebecq : et la suite ?

La "Règle du jeu" : Nid de pions

Affaire Houellebecq. L'enfumage d'Emmanuel Pierrat

Bruno Krol ; très vite, très court

Affaire Houellebecq : un excellent point de situation de Nicolas Gary

Ce ne sont pas des pédophiles mais ils sont agaçants

L"affaire" Houellebecq" rebondit : la "carte et le territoire" en libre accès sur Internet

Transfert de domaine _- interruption du site

Opération "faites sauter la banque"

Libre de créer, rêver, apprendre, donner...

Vous avez demandé la liberté d'expression ? Ne tweetez pas...

Absence sur ILV

Opération Wicked sur ILV

C'est dimanche

Comment l'histoire se réécrit chaque jour...

Thierry Mulot dédicace...

Ces industriels qui n'aiment pas le prêt

Droit du travail : Les précaires n'ont droit que de se faire enfumer

Besoin de rire

Bienvenue à ceux qui arrivent via Lepost.fr (et aux nouveaux lecteurs)

La "censure de précaution"

Manif au pays des Bisounours

Donnant-prenant-crachant

Pourquoi ne pas sécuriser sa ligne internet

Gadjo : Frédéric Mitterand n'en parlera pas

Patrimoine en péril

Faut-il avoir peur d'HADOPI

Flammarion soutient houellebecq et préconise le vol des anonymes

Houellebecq pirate du Net ?

Le Loup bientôt reconduit à la Frontière

Jailbreakons !

Vous reprendrez bien une couche de ridicule ?

Cathyleen est partie

Encore un article censuré : Polanski peut-il rentrer en France ?

Contrôle Permanent VS Grand Foutoir

Préparez vos vacances

Outrage aux libertés fondamentales

Une riche actualité...pauvre de nous !

Salaber contre-attaque

Il pleut sous nos képis

Protection des oeuvres sur ILV

Excuses aux lecteurs assidus

L'édition équitable face au marché traditionnel du livre

BHL fait des botulises sur la Règle du Jeu

Identité Nationale : un débat qui pue

Un petit message

Inégalités médicales

L'impossible protection Wifi de sa box

Confession d'un pédophile : l'impossible filtrage du net

Soutien au Casseroles DAY

Deux articles sur le post

Encore et encore

Chasse au trésor

Publicité : M6 nous impose une nouvelle torture

Pas de nouvelle, mauvaise nouvelle.

Disparition passée à la trappe

Sarkozy va annoncer deux nouvelles gabelles pour Internet au nom de la création artistique.

L'affaire des 94 millions de vaccins : et si tout était faux ?

Bono : Quels moyens contre le piratage ?

Véhicules brûlés pour la Saint-Sylvestre : ce soir, on vous met le feu

Inactifs aujourd'hui, radioactifs demain !

Lettre à Monsieur Polanski

Perpète pour 360 000 euros

ACTA : Nicolas Dupont Aignan pose les questions qui fâchent

Petit barbecue entre amis

Vers l'enfermement des SDF

La justice recule en Grande Bretagne

Un petit coup de blues ?

La pauvreté

Désobéissance civile ou droit d'expression ?

ALBANEL : Le retour

Non non non et NON !

Internet mis au pas par l'OMC ?

L'ACTA kesako ?

Comment fonctionneront les miliciens d'HADOPI ?

Mr Benjamin BAYART au Bistro du Libre

Annonce

La Bataille HADOPI

Vietnamisation

Incognito : la mouche du coche

Et voici venir la peoplesphère

Les mensonges d'HAdopi

Les internautes insultés

Mission création et internet : sensible

La neutralité du Net

Pensées de la SNAC

Le Pacte pour les Libertés Numériques

Quelques principes de manipulation

HADOPI : un combat sans merci

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Valère la galère : La princesse au tablier

Valère la Galère n'a que peu écrit sur ILV. Il semblerait cependant être un pseudo de pseudo, certainement à cause des histoires sulfureuses et de son style

La princesse au tablier

Je ne suis pas un grand sentimental, mais parfois, je tombe amoureux.

Celle-là, elle avait des yeux à faire pleurer au cinoche, le genre noirs et brillants qui sont faits rien que pour toi. Sa bouche, je l'aurais bien croquée plutôt que les pains aux chocolats qu'elle me servait chaque matin en souriant. Faut dire qu'ils étaient vraiment dégueus, mais elle, qu'est-ce qu'elle était...

Dès lors qu'elle avait été embauchée à la boulangerie, je l'avais remarquée. Elle était pas du genre à exhiber ses nichons pour faire plus de chiffre. C'est pas pour ça que je m'interdisais de les imaginer sous son pull-over et son tablier. Un bon 95c mais discret, sur lequel tu peux t'endormir confortablement, tous les soirs, en faisant de beaux rêves, parce que personne te le piquera. Du coup, je me suis vite imaginé avec elle, à faire des mômes et tout le tintouin. Tous les matins, après le p'tit dej sur le pouce, je mettais une bonne demi-heure à m'en remettre. J'avais des rêves plein la tête, de vacances à la montagne, de dîners romantiques, de famille nombreuse avec papa-maman qui s'aimeront toute la vie... Ouais bon, je me pressais peut-être un peu le citron. Mais faut dire qu'elle ne m'aidait pas : les sourires et les regards qu'elle m'envoyait, c'était pas de la gnognotte, c'était pas genre t'es un client comme les autres. Dans ces yeux, c'est sûr, j'étais à part. Je lui plaisais. Elle avait un coup de coeur pour moi.

Pendant une semaine, je me suis torturé le bourrichon, comme ça. Ca ne m'empêchait pas de me tirer régulièrement sur le flingue en pensant à ce que sa bouche pouvait faire d'autre que sourire. Eh ! L'un n'empêche pas l'autre ! J'ai un pote qui me dit souvent : « pas la bouche qui embrasse mes enfants ». Il a rien compris, mon pote : comment veux-tu qu'elle sache prendre soin de tes mômes si déjà elle ne prend pas soin de toi ?
Après, je me suis dit qu'il faudrait bien un jour passer à l'action. Le souci, c'est que la boutique était très fréquentée et je pouvais difficilement lui faire du gringue devant ses clients, elle se serait tapé une affiche digne des plus grands navets d'Hollywood. J'ai donc commencé à acheter du pain, beaucoup de pain. Je passais parfois trois ou quatre fois dans la journée. Une pour les chocolatines, une pour la fougasse du midi, une pour la baguette de dix-neuf heures et une pour la baguette de dix-neuf heures trente quand à dix-neuf heures ce n'était pas elle qui servait. Dans ma cuisine, il y avait en permanence une demi-douzaine de pains rassis qui attendaient bien sagement de passer à la poubelle.
Mon moment préféré, c'était la fougasse. Elle la réchauffait au micro-onde et du coup, je pouvais passer beaucoup plus de temps à profiter de ses yeux... et de son cul aussi, quand elle faisait l'aller-retour entre la caisse et l'appareil. Un jour, alors qu'elle revenait avec à la main l'immonde tartine grasse, elle sortit l'habituel :
« Et avec ceci ?...
J'éclatai de rire.
- Pourquoi riez-vous ? Vous vous moquez ?
- Non, non, pas du tout. C'est cette expression qui me fait rire : « Et avec ceci, ce s'ra tout ? ».
- Oui, bon, je ne réfléchis pas, je dis ça par habitude.

- Vous ne m'avez pas compris. Je m'explique : il y a une chanson d'un groupe qui s'appelle Java, un groupe de hip-hop. Le refrain est basé sur cette expression. Ca parle d'une boulangère, justement. Vous la connaissez ?
- Non, c'est bizarre, j'écoute beaucoup de hip-hop mais je ne connais pas ce groupe. Comment dites-vous ? Je chercherai sur internet.
Je sautai sur l'occasion :
- Pas la peine de chercher, j'ai le CD à la maison. Je vous le ramène dans l'après-midi.
- Mais je n'ai rien pour le lire ici.
- Pas de souci, vous pourrez l'emporter et l'écouter tranquillement chez vous. Je vous le prête bien volontiers.

Petite parenthèse culturelle : sache, cher lecteur, que Java est un groupe de « rap accordéon » et que la chanson « ce s'ra tout ? », raconte l'histoire d'un homme qui tente en vain de faire comprendre à une boulangère son intérêt pour elle par une succession de jeux de mots en rapport avec ce qu'on peut trouver dans une boulangerie. Je t'invite, cher lecteur, à t'y reporter.

De retour au bercail, le boîtier de CD sous les yeux, j'ai hésité longuement avant de me décider à insérer un petit mot sous la galette. Finalement, je l'ai fait. Ca disait :

Pardonnez mon audace, mais je crois être dans l'incapacité totale de continuer à vous acheter du pain dans ces conditions. Chaque jour, je brûle d'envie de vous inviter à boire un verre pour que nous fassions connaissance.
Accepteriez-vous ? A quelle heure finissez-vous votre service, en général ? Si vous ne le faites pas pour vous, ou pour moi, faites le au moins pour les bonnes finances de votre boulangerie.

Valère.

Puis, quelque peu tremblant, je suis allé porter ce cheval de Troie à la princesse au tablier. Sa façon insistante d'infiniment me remercier m'a fait croire un instant qu'elle avait pu lire le mot au travers de la boîte et que j'avais déjà gagné.

Pendant la semaine qui a suivi, elle n'en a touché mot. Elle faisait comme si rien ne s'était passé, comme si elle n'avait rien lu ni rien écouté. Alors, j'ai commencé à douter, malgré les merveilleux sourires qu'elle continuait à m'accorder. Peut-être avait-elle trouvé ma démarche un peu trop rentre-dedans. Ou peut-être qu'elle faisait durer le plaisir, tout simplement, en jouant avec moi. Je ne pouvais pas lui en vouloir : faire mariner ainsi un admirateur doit être extrêmement excitant pour une femme. A la fin de la semaine, quand-même, je ne tenais plus en place. Il fallait que je sache.
- Comment avez-vous trouvé l'album que je vous ai prêté ? lui ai-je demandé innocemment, un matin.
- Oh, à chaque fois je l'oublie ici. Je n'ai pas encore pu l'écouter. Vous êtes pressé de le récupérer ?
- Non, pas du tout. Prenez votre temps, répondis-je tout en brûlant d'impatience.

Trois semaines ont passé ainsi. Toujours pas de nouvelles de la chanson, toujours pas de nouvelles du petit mot. Parfois, elle me disait :
- A chaque fois que je vous vois, ça me fait penser que j'ai votre CD et qu'il faudrait peut-être que je l'écoute.
Alors, j'ai changé mon fusil d'épaule. Puisqu'elle mettait si longtemps à faire entrer le cheval, il fallait à mon tour que je force le barrage. J'ai établi une stratégie : la rencontrer fortuitement à sa fin de service et lui dévoiler ma flamme en direct. Seulement voilà, ça ne pouvait pas être "par hasard". Il fallait que je connaisse ses horaires. Pendant les mois de Novembre et Décembre, j'ai donc noté sur un petit carnet, à chacun de mes passages devant la vitrine de la boulangerie, l'heure à laquelle j'étais passé ainsi que sa présence ou son absence. A partir de cette base de données, j'ai pu reconstituer l'agenda hebdomadaire probable de la belle.
Un samedi de Janvier, j'ai tenté ma chance. D'après mes calculs, elle devait sortir à 15h30. Je suis passé devant la boulangerie une première fois, puis une deuxième fois, cinq minutes plus tard, puis une troisième fois après avoir patienté un quart d'heure à l'abri des regards. Elle était toujours à l'intérieur, en train de servir. Je me suis dit qu'elle était sûrement en train de faire des extras ou qu'elle se faisait exploiter par son ignoble patron que je détestais déjà. Alors, j'ai attendu longtemps, très longtemps. J'étais le plus pitoyable des amoureux, transis par le vent glacial de l'hiver. Je m'étais planté derrière un coin, au bout de la rue. Je faisais les cent pas en vérifiant à chaque demi-minute si elle n'était pas encore sortie. J'étais prêt à jaillir de ma cache, puis feindre de marcher tranquillement devant la boulangerie, comme si j'étais là par hasard. Je crois que je suis resté environ trois heures planté dans le froid avant de renoncer : j'avais dû me tromper d'horaire, ou son emploi du temps n'était pas régulier. Je suis rentré chez moi, me suis emmitouflé dans mes draps et suis tombé gravement malade, à tel point que j'ai dû rester cloué au lit pendant deux semaines, manger des soupes matin midi et soir et recouvrir en permanence mon corps d'une dizaine de bouillottes brûlantes.

Quand je fus rétabli, j'ai pris mon courage à deux mains et je suis allé la voir directement dans sa boulangerie. J'ai attendu qu'il n'y ait plus de client, je suis entré, et je lui ai dit :
- A quelle heure finissez-vous .
- Vingt heures, pourquoi ?
- J'aimerais prendre un verre avec vous, osai-je.
- Oh, c'est gentil ça. Mais, vous savez, entre le boulot, les trajets en RER... je n'ai pas vraiment le temps. Ca me fait penser d'ailleurs que je n'ai toujours pas écouté le CD que vous m'avez prêté.
- Justement, j'y avais glissé un mot dans lequel je vous disais souhaiter faire votre connaissance. Vous me plaisez beaucoup, vous savez.
- Je ne sais pas quoi répondre... Ca me fait plaisir, mais... je ne suis pas disponible. Je vis avec quelqu'un. Désolée... Ecoutez, j'écouterai votre CD ce soir, je lirai votre mot et je vous rendrai le tout demain.
- Oui, merci, fis-je, complètement abattu.Je repasserai un autre jour.

Il me fallut un mois pour faire le deuil de la princesse au tablier. Je n'arrivais plus à grignoter la moindre baguette. Je n'avalais plus que des céréales au petit déjeuner. Ni tartines, ni pains au chocolat. J'évitais de passer devant la boulangerie. Pour cela, je faisais un détour de cent cinquante mètres qui me faisait arriver en retard au boulot.
Puis, un matin, j'eus de nouveau envie de chocolatines. J'étais guéri. Je ne pensais plus à elle. Le coeur léger, je suis entré dans la boutique, avec la ferme intention de récupérer mon CD. C'était une petite jeunette qui servait.
- Vous ne savez pas quel jour travaille la jolie petite princesse aux yeux et cheveux noirs ? demandai-je à cette toute nouvelle boulangère. Elle a un tablier bleu.
- Vous voulez parler de Sonia ?
- Oui... enfin peut-être... je ne connais pas son prénom. Je lui ai prêté un CD et j'aimerais le récupérer.
- Je pense que vous n'allez jamais le revoir votre CD. Elle ne travaille plus chez nous. Le patron a trouvé qu'elle n'était pas très sérieuse. Elle avait la tête ailleurs, surtout ces derniers temps. Une histoire d'amour, je crois... Bref... Vous voulez ?
- Deux pains au chocolat, dis-je machinalement, perdu dans mes pensées.
La jeune boulangère se pencha dans la vitrine pour attraper les deux viennoiseries.
La lampe à néon du dessus fit lumière sur un décolleté à la profondeur abyssale. Relevant soudainement la tête, elle me lança un regard ravageur et dit d'une voix sensuelle :
- Et avec ceci, qu'est-ce que je vous sers ?... La baguette ?*

(* Emprunté à la chanson de Java, "Ce s'ra tout ?")

Dernière modification le : 28/12/2009 @ 08:57
Catégorie : Auteur

Spécial

Dernière mise à jour le 25/03/2016


NON à Valls, Belkacem et Rebsamen ! Merde à Hollande et à l'UMP...

Merde à la haute finance et ses putains de vautours assassins!

STOP ACTA





Notre amie Cathyleen reste dans nos coeurs.

Infos site

Webmaster :
Fredleborgne

Envoyer un message


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 841197 visites
depuis le 13/09/2009

Sondage

Quelle rubrique préférez-vous ?

Mes articles

Les CP d'Odebi

Les nouvelles

Les auteurs libres

Mes petits écrits

Résultats

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.9
PHP version 5.2.17