fredleborgne.pleindepages.fr

bathap.gif

Mercredi 28 juin 2017

Accueil

Livre 1 et 2

Livre 3 et 4

Livre 5

Nouvelles

Engagez-vous

Téléchargement

Liens

Annonce

Vive le libre

Archives

 

Admin

Articles

Macron piège à cons !

Giflé ou pas ?

Dois-je supporter le prosélytisme de ceux qui prônent la tolérance à leur égard ?

Un livre "Doré" sur tranche"

Tsahal à la niche

La maltraitance des personnes agées

Grosse fatigue

L'ère de la peur ?une nouvelle ère ?

Gare à l'émotion

Peut-on se révolter sans violence ?

Salon du Livre à Niort - J'espère bien en être

Coups de gueule sur Atramenta

Migrantophilie d'état : c'est déjà fini !

Je maudis hollande et les enculés de la repression routière à outrance

Migrantophilie : les artistes vautours

Bye Bye Pays de merde !

Une alternative à la peine de mort

Un petit like pour facebook et autres réseaux sociaux.

Qui était Chantal Malignon ?

Non au série-torpillage !

Webdisséminons

Rendre l'Ukraine à la Russie ?

Mea Culpa

Internet : un déversoir de brutalités et de haine

Niquer le blocus de "La Tortue"

La Loi Pinel aujourd'hui dans notre cul !

Mais qu'elle est conne !

Touche pas à mon code pénal

Pour l'application réelle et durable d'une laïcité au service du peuple

La chasse aux sorcières complotistes est ouverte

Le droit de blasphémer

Bye Bye Charlie. Et t'inquiète pas, tu ne manqueras à personne.

Un pigeon djihadiste attente à l'image présidentielle durant la Charlie Parade

J'emmerde les religions !

Mes nouveaux ennemis inconditionnels

Pauvres Charlies

Surtout, ne pas récupérer Charlie Hebdo

Le maire d'Angoulême met ses SDF gênants et alcoolisés au banc sec

Mammie Loto s'est évadée pour Noël

Lutte contre le racisme et l'antisémitisme érigé en cause nationale

Anti-féministe primaire

T'es encore là Rachid ?

La Grande Guerre pour retrouver "confiance en nous"

Mammie Loto bientôt en prison de retraite ?

Pourquoi je n'achèterai pas Huawei !

Résidences secondaires taxées :: la pause fiscale n'aura pas duré

Les portables de la honte

Le chômage de très longue durée explose

Et si on volait les morts ? Vous n'oseriez pas, le gouvernement va le faire !

Conquête de l'espace : le prix du sang

L'invasion des grenouilles

La dernière provoc de Pierre Gattaz

6 français sur 10 sont des grosses merdes

Des barrages privatisés ?

«Que chacun soit conscient que nous sommes dans une société violente, inflammable»

Un barrage sans retenue

Académie Balzac - Les dessous de la Push Réalité

Académie Balzac - Bon pet, Pierre Paul

Académie Balzac - La nouvelle donne

Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler

2 critiques qui font chaud au coeur

Mahiedine Mekhissi et la médaille d'or au 3000 mètres : qu'il aille se faire voir chez les grecs

27 pilotes de chasse israéliens refusent de bombarder les civils palestiniens !

Comment être moins con qu'un raciste à peu de frais ?

Je quitte facebook aujourd'hui

Merci Philippe D

Contre la pub

Philippe Devos et la leçon à tirer des Européennes 2014

Démocratie Réelle Censurée

In Libro Veritas version 3.0

Démocratie Réelle Paris Maintenant contre Démocratie Réelle

Découvrir Démocratie Réelle en vidéo

Le Grand Jour de la Faux Soyeuse

Théorie du genre et homophobie, nouvel arsenal fléau et liberticide

Couacs dans les gazouillis français

Peillon au piquet

J'emmerde Najat Vallaud Belkacem

L'incommensurable fiasco de M.Valls

Merci Dieudonné

Non M.Arno Klarsfield

Le rapport Bonnell

Démocratie Réelle, c'est parti !!!!!!!!

La grande victoire de Dieudonné.

Peuple Socialiste, prends le pouvoir ou perds tout

Et pour 2014 ?

Affaire Dieudonné : mais à quoi sert la justice ?

Lettre ouverte à Christophe VANHUYSE, ex-gestionnaire de mon assurance-vie

"Petites gens" de Claudine Lux

Non à un acte de guerre contre la Syrie

Que les stigmatisés baissent le doigt

Un défilé militaire au rabais

Un président normalement constitué_ consti_ con !

Tout sur mon cul

Merde à la lipposuccion socialiste

Une vague d'indignation contre la taxe LESCURE

On vous suit de très près...

Faisons de Notre-dame des Landes le Stalingrad des vautours mondialistes

Mariage homosexuel : quand égalité de droits peut devenir abus...

Un ebook gratuit à large diffusion

Abeilles de Jacky Fils second gagnant du concours Atramenta

Préparez-vous au bank run du 21/12/2012

Messieurs les riches, vous pouvez vous casser !

Exilés fiscaux : faut-il acheter pour leur profit ?

C'était déjà idiot comme site...

Ecoeuré

Analyse surprise du Top 20 d'Atramenta

La France bâillonne les candidats indépendants aux législatives

Lettre de licenciement de Nicolas SARKOZY

Urgence AGORAVOX

Tous contre ACTA (Vidéo)

La camisole des anges

Gens de droite - Gens de gauche

Un nouveau Robin sur la Toile

Quand Robin des Bois s'indigne...

Le manifeste des femmes

Nous sommes tous des veaux qu'on égorge !

Nous sommes tous des Bayonnais !

Du Boycothon au "Black March"

Rémi Ochlik

De l'horreur au quotidien

Le 21 décembre 2012, ça va fuiter ! Vous êtes Anonymous ! Nous sommes Anonymous !

Zidane est-il con comme une bite ?

"Intouchables" à la poursuite des chtis.

Aujourd'hui, les travailleurs grecs victimes du FMI

La vérité... vous allez vous emmerder

Foutre la paix à "Intouchables"

Plongée dans l'infamie d'ubu

La vérité si je mens 3 : la comédie la plus entendue de l'année.

Il était une fois un abribus

Megamorano.com

Les révoltés qu'on nous cache

La guerre du Net devient visible

Les entreprises françaises qui soutiennent la SOPA

Déclaration de souveraineté populaire

Message des indignés

Bonnes Fêtes

Quand la perméthrine tue les chats et la liberté d'expression

Urgence quotidienne

Traduction CR 17 novembre Occupy Wall Street

Appel citoyen d’Occupons la Défense

Les indignés sont toujours à La Défense

Le site des indignés de la défense

Les indignés à la Défense

Le droit des peuples

Lisa est orpheline

Affaire DSK - Jusqu'à la lie

Dennis Ritchie est mort

Affaire DSK : et si la vérité était ailleurs

Les fantômes de l'internet

L'appel de HLM

Je suis mécontent de bâti-renov

La révolution à la française : appliquons le droit de grève individuel à deux

Vite fait - Respire

Le libre manque t-il d'entrepreneurs ? En voici un nouveau

2011 : La facture sociale

Wikileaks, Loic et le "Grand Foutoir"

Cantona et l'effet de masse

Affaire Houellebecq : Merci au Post

Affaire Houellebecq : Le monde de l'édition se couvre de honte.

Affaire Houellebecq : et la suite ?

La "Règle du jeu" : Nid de pions

Affaire Houellebecq. L'enfumage d'Emmanuel Pierrat

Bruno Krol ; très vite, très court

Affaire Houellebecq : un excellent point de situation de Nicolas Gary

Ce ne sont pas des pédophiles mais ils sont agaçants

L"affaire" Houellebecq" rebondit : la "carte et le territoire" en libre accès sur Internet

Transfert de domaine _- interruption du site

Opération "faites sauter la banque"

Libre de créer, rêver, apprendre, donner...

Vous avez demandé la liberté d'expression ? Ne tweetez pas...

Absence sur ILV

Opération Wicked sur ILV

C'est dimanche

Comment l'histoire se réécrit chaque jour...

Thierry Mulot dédicace...

Ces industriels qui n'aiment pas le prêt

Droit du travail : Les précaires n'ont droit que de se faire enfumer

Besoin de rire

Bienvenue à ceux qui arrivent via Lepost.fr (et aux nouveaux lecteurs)

La "censure de précaution"

Manif au pays des Bisounours

Donnant-prenant-crachant

Pourquoi ne pas sécuriser sa ligne internet

Gadjo : Frédéric Mitterand n'en parlera pas

Patrimoine en péril

Faut-il avoir peur d'HADOPI

Flammarion soutient houellebecq et préconise le vol des anonymes

Houellebecq pirate du Net ?

Le Loup bientôt reconduit à la Frontière

Jailbreakons !

Vous reprendrez bien une couche de ridicule ?

Cathyleen est partie

Encore un article censuré : Polanski peut-il rentrer en France ?

Contrôle Permanent VS Grand Foutoir

Préparez vos vacances

Outrage aux libertés fondamentales

Une riche actualité...pauvre de nous !

Salaber contre-attaque

Il pleut sous nos képis

Protection des oeuvres sur ILV

Excuses aux lecteurs assidus

L'édition équitable face au marché traditionnel du livre

BHL fait des botulises sur la Règle du Jeu

Identité Nationale : un débat qui pue

Un petit message

Inégalités médicales

L'impossible protection Wifi de sa box

Confession d'un pédophile : l'impossible filtrage du net

Soutien au Casseroles DAY

Deux articles sur le post

Encore et encore

Chasse au trésor

Publicité : M6 nous impose une nouvelle torture

Pas de nouvelle, mauvaise nouvelle.

Disparition passée à la trappe

Sarkozy va annoncer deux nouvelles gabelles pour Internet au nom de la création artistique.

L'affaire des 94 millions de vaccins : et si tout était faux ?

Bono : Quels moyens contre le piratage ?

Véhicules brûlés pour la Saint-Sylvestre : ce soir, on vous met le feu

Inactifs aujourd'hui, radioactifs demain !

Lettre à Monsieur Polanski

Perpète pour 360 000 euros

ACTA : Nicolas Dupont Aignan pose les questions qui fâchent

Petit barbecue entre amis

Vers l'enfermement des SDF

La justice recule en Grande Bretagne

Un petit coup de blues ?

La pauvreté

Désobéissance civile ou droit d'expression ?

ALBANEL : Le retour

Non non non et NON !

Internet mis au pas par l'OMC ?

L'ACTA kesako ?

Comment fonctionneront les miliciens d'HADOPI ?

Mr Benjamin BAYART au Bistro du Libre

Annonce

La Bataille HADOPI

Vietnamisation

Incognito : la mouche du coche

Et voici venir la peoplesphère

Les mensonges d'HAdopi

Les internautes insultés

Mission création et internet : sensible

La neutralité du Net

Pensées de la SNAC

Le Pacte pour les Libertés Numériques

Quelques principes de manipulation

HADOPI : un combat sans merci

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Léo Sigrann : L'histoire

Léo Sigrann est le compagnon d'Aquilegia Nox.
Comme elle, il écrit, il dessine...
Il aime raconter des histoires, même si la fin ne plait pas à tout le monde


L'histoire


«Pour elle, la nuit a toujours été quelque chose de mystérieux, sensuelle et mortelle.

C'est ce que découvrit Henry Tiggs lorsque celle–ci referma ses bras sur lui. Son contact était glacé et il pouvait sentir la chaleur de son corps sortir de celui–ci.

La vie le quittait peu à peu mais il n'était pas effrayé car il avait accompli son devoir et il savait qu'il allait pouvoir quitter ce monde en paix avec lui–même. »

« Fin » fit l'officier Paul Weavy en refermant son classeur.

Rebecca, sa fille, avait remonté la couverture jusqu'à la moitié de son visage et le regardait avec des yeux passionnés.

Sa mère était arrivée dans l'encadrement de la porte et se dirigea vers Rebecca pour lui souhaiter une bonne nuit.

« Ton père t'as encore raconté une histoire terrifiante à ce que j'ai pu entendre.

– Non, c'était zoli mais... Triste » Sa voix étranglée, trahissait l'assiduité de son écoute.

– C'est elle qui a voulu que je lui raconte cette histoire.

– Si tu écrivais des histoires romantiques, sans cadavres, elle ne ferait pas de cauchemars.

– J'aime les histoires de Papa. »

Paul se leva et embrassa le front de sa fille avant de rejoindre son épouse dans le couloir.

« Dors bien ma petite Elfe » lui murmura–t–il en fermant la porte de la chambre.

« Tu ne devrais pas lui lire ce genre d'histoires. Tu vas la traumatiser.

– Ce ne sont que des histoires!.

– Je sais, mais elle est petite et depuis que tu écris ces contes elle ne veut plus entendre que ça!

– Et alors? Tu as honte de ce que j'écris? Tu préfères « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants »?
– Non, mais...Oui! Pour une petite fille c'est mieux!
– Et après elle sera une femme au foyer qui s'occupera des couches de monsieur le prince et des pantoufles des bébés?
– D'accord, tu as toujours raison... Je n'insiste pas. » dit–elle en disparaissant dans la salle de bains.
Paul détestait quand elle faisait cela. Il ne savait jamais si elle fuyait la conversation ou pour faire autre chose. Dans les deux cas, c'était un besoin urgent.
Il s'allongea sur le lit et somnola jusqu'à ce qu'il soit bousculé par sa femme qui rentrait dans le lit en maugréant:
« La place est libre. »
Il se leva et d'une démarche de zombie, alla se laver avant de revenir de la même cadence cadavérique vers son maître du soir, le lit.
Il n'entendit pas sa femme se lever ce matin, là. C'est le bruit du choc de la tête d'une mésange charbonnière contre la vitre de la chambre qui le réveilla. Il s'étira pendant que l'oiseau, qui s'était réfugié dans la branche d'un des sapins environnants, secouait la tête.
Il était de patrouille cette nuit. Les nuits étaient calmes dans cette partie de la ville, ce qui lui laissait le temps d'écrire.
Il relut quelques unes de ses nouvelles, en essayant de vouloir en corriger les fins afin qu'elles soient plus dans la norme de son épouse.
Mais non! Paul n'allait pas se renier.
« Elle les aime pas et alors?! »
Il posa son cahier à côté de lui et passa ses mains sur son visage. Le réveil sonna.

C'était l'heure.

Il laissa un mot à sa femme et se rendit au poste de police pour s'équiper.

Il commença sa patrouille à vingt heures, alors que la nuit était déjà bien avancée. Il se gara non loin d'une église et attendit un éventuel appel.

Il aimait ce lieu. Le clocher qui se découpait devant la pleine lune, les grilles du cimetière au loin, le tout donnait à Paul l'inspiration pour écrire des histoires de fantômes.

Sa radio s'exprima, trahissant le moment de création de l'artiste:

« Une agression en cours sur la rue de Locarno. Le véhicule le plus proche doit s'y rendre immédiatement.

– Central, ici officier Weavy. Je me rends sur le lieu. Over.

– Compris officier. Over »

Paul démarra en trombe, toutes sirènes hurlantes.

Il connaissait bien cette rue. Elle était très longue et passait au milieu de la forêt. Elle pouvait être dangereuse du fait du brouillard, parfois persistant et traître.

Il s'engouffra dans la forêt et vit une voiture garée sur le bas côté, les feux de détresses étaient allumés.

Il s'arrêta derrière et appela le central pour signaler l'accident.

Le brouillard avait déjà envahi la majeure partie de la route. Paul sortit de la voiture avec sa lampe torche et s'avança en éclairant la voiture. Sa marche était rythmée par les lumières clignotantes des feux de la voiture.

Il appela mais personne ne répondit.

Il grimaça à la vue du sang sur le siège avant du chauffeur.

Il toucha le sang. Il était encore chaud.

Du coin de l'œil, il aperçut, sur la banquette arrière, une fille recroquevillée sur elle–même, serrant de toutes ses forces un téléphone portable. Elle frissonnait.

Ses long cheveux blonds étaient presque blancs et elle était habillée d'un chemisier vert sur un jeans déchiré bleu azur. Ses vêtements étaient recouverts de sang.

« Ça va petite? »

Pas de réponse.

Paul tendit sa main, mais la fille se blottit contre la portière en le regardant d'un air effrayé.

« Ne t'inquiète pas. Je suis un gentil. »

Il montra l'insigne sur sa poitrine et ajouta « Tu vois? »

Elle hocha positivement de la tête. Elle appuya sur la poignée de la porte et sorti de la voiture.

Paul se redressa, satisfait de sa manœuvre psychologique.

Un lourd bruit de chute se fit entendre sur le toit de sa voiture de patrouille.

Il se retourna lentement dans sa direction et vit une silhouette humanoïde très large et extrêmement poilue se dessiner en contre–champs des lumières bleues et rouges de sa voiture.

« Ça »grognait

« Ça »n'était pas content

Instinctivement, il tira sur cette forme noire qui gémit lorsque les balles la touchèrent. La silhouette glissa maladroitement du toit et s'écroula lourdement sur le sol.

Inanimée.

L'officier se dirigea, le pistolet toujours sorti, vers la petite fille.

Il eût juste le temps de l'apercevoir, s'enfuyant vers le bois immergé dans le brouillard. Il hésita deux secondes avant de courir après elle.

La partie rationnelle de sa tête jetait dans son cortex tout ce qu'elle pouvait.

Un tueur déguisé, un animal sauvage... Non, ses cris étaient humains, du moins vers la fin.

La lumière de sa torche balayait devant lui et ses yeux essayaient de discerner une forme parmi le brouillard.

Courir dans une forêt la nuit, je risque de me prendre une branche basse en pleine...

Un choc sourd sur sa tête ponctua sa phrase.

Quand on parle du loup... Non d'une branche, je veux dire une branche.

Il s'essuya le front et sentit le sang couler. Il commença à se relever quand il vit apparaître la petite fille.

Tel une silhouette fantomatique, elle se dressait sur un rocher. Tremblante. Fixant Paul, d'un regard terrifié.

« Petite, t'en va pas. » fit–il dans un souffle

Il s'appuya sur l'arbre qui l'avait traîtreusement frappé pour se redresser. Il s'avança vers elle et lui dit:

« Ça va aller. Quoique ce fut, c'est mort»

Elle sauta du rocher avec grâce, pour courir se serrer contre lui.

Une force monta en Paul, lui redonnant courage, cette sensation qui pourrait vous faire soulever des montagnes, combattre des dragons. Un sentiment bien inutile pour retrouver son chemin dans une forêt en pleine nuit et plongée dans le brouillard.
Il détacha sa protégée de son torse et fut frappé par la froideur de son corps. Il enleva sa parka de policier pour lui mettre sur les épaules. Elle fléchit sous le poids du manteau mais le remercia avec un sourire.
« On va rejoindre la route. Et tu me raconteras tout ce qui s'est passé. »
Il regarda le ciel. Le brouillard avait recouvert entièrement le ciel. Tant qu'il ne pleut pas, se dit–il.
Il avança prudemment dans une direction en tenant la petite fille par la main. Il entendit des bruits de feuillage sur son côté gauche puis droit et ensuite derrière.
L'humidité du brouillard était en train de rentrer dans sa chemise.
Reste calme. Il faut penser rationnellement. C'est un blaireau sûrement, c'est l'heure pour eux.

De la sueur commençait à perler sur son front. L'humidité ambiante et la course effrénée allaient le clouer au lit pendant une semaine. Si bien sûr, il le revoyait.
Il chassa cette idée en remuant la tête.
Il allait le revoir son putain de lit. Si il lui arrivait quelque chose, Rebecca devrait entendre tous les soirs des histoires de princesses soumises à leur destin d'épouser des crétins de princes.

Cette pensée le fit ricaner. Le chemin s'arrêtait brusquement.
Était-ce un ravin ou simplement une légère dénivellation? Le rythme de son cœur s'intensifia, quand il entendit grogner derrière lui.

« Ça » n'était pas mort.

« Ça » était derrière lui.

Il se mordit la lèvre inférieure et serra un peu plus fort la main de la petite.

Si il avait été seul, il aurait sauté.

Il entendait les bruissements se rapprocher. Il décida de longer cette absence de chemin.

Il éteignit la lampe et s'agenouilla pour tâter le bord de ce qui pouvait être un précipice. Il en profita pour rechercher au fond lui–même la sensation qui lui avait fait penser qu'il pouvait être un héros. La bonne nouvelle était que le chemin semblait descendre doucement, la mauvaise c'est qu'il ne s'en sentait plus capable.

Ses jambes tremblaient et il ne pouvait se détacher de l'image de sa fille. Rebecca lui manquait tant.

Il réussit à mettre une jambe le long du chemin. La pente ne semblait pas trop raide. Il prit la fille dans ses bras et descendit doucement.

Pas de gestes brusques, si je tombe elle tombe. pensa–t–il.

Il regardait en bas et voyait une pente se dessiner légèrement devant ses yeux.

Il regarda vers le haut. Il la vit. Cette Nemesis que quatre balles n'avait pas arrêté. Son bourreau venait chercher son dû.

Il accéléra en faisant attention à ces maudites racines et cette mousse imprégnée d'humidité, plus glissante que jamais. Il surveillait la forme gigantesque qui les toisait.

Des petits nuages sortaient de son corps à intervalles réguliers.

« Ça » est peut–être fatigué.

« Ça » va peut–être faire demi–tour.

Comme pour le faire mentir, la sombre bête commença lentement sa descente.

Paul accéléra et la forêt devint de plus en plus claire, moins touffue, avant de s'ouvrir sur une clairière. Derrière celle–ci, un jardin avec une maison éclairée.

Il n'en revenait pas.

Arrivé en bas de la pente, il courut avec la petite fille dans ses bras jusque dans la maison.

Il n'avait jamais couru aussi vite.

Ses tempes battaient à un rythme effréné et il sentait sa gorge se serrer du fait de la froideur de la nuit.

Il se jeta contre la porte de la maison.

Elle grinça. La chaleur de la pièce l'envahit et il laissa choir l'enfant avant de se précipiter pour fermer la porte à clef.

Il sentit une lourde poussée contre la porte, suivie d'un gémissement. Comme celui d'un chien à qui on refuse d'entrer.

La petite fille cria:

« J'ai gagné! »

Paul la regarda abasourdi.

La fille le toisa du regard et lui dit avec un sourire:

« Quoi? Qu'est ce que tu crois? Je n'ai rien à craindre de mon chien, moi! »

Paul sentit sa tête tourner. La fièvre avait monté mais elle était différente de la première.

Il vit les ongles de la petite fille plus longs et porta instinctivement sa main au cou.

Elle l'avait griffé.

A la blancheur de sa peau et aux dents pointus qu'elle exhibait fièrement, le doute n'était plus de mise.

Elle s'approcha de lui. Il ne sentait plus ses membres.

Dans un ultime effort, il essaya de se relever, mais s'écroula par terre. Elle s'assit sur son ventre et prit le téléphone portable.

« Police! Au secours! Je suis poursuivie... Je suis prêt de la route des aiguilles. Faites vite! » sanglota–t–elle.

Elle raccrocha et se pencha vers Paul.

« Ils seront là bientôt. Cette course m'a donné faim, et à mon Hector aussi. »

Quand les ongles de la fille arrachèrent sa tête, Paul Weaver eût cette pensée stupide :

« Encore une histoire qui ne plaira pas à ma femme. »

« Fin » fit l'inspecteur Bruce Flerne en refermant son cahier sous l'oeil admiratif d'Angela, sa fille.

« Il est temps d'aller se coucher ».

Dernière modification le : 19/01/2010 @ 23:27
Catégorie : Auteur

Spécial

Dernière mise à jour le 25/03/2016


NON à Valls, Belkacem et Rebsamen ! Merde à Hollande et à l'UMP...

Merde à la haute finance et ses putains de vautours assassins!

STOP ACTA





Notre amie Cathyleen reste dans nos coeurs.

Infos site

Webmaster :
Fredleborgne

Envoyer un message


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 823859 visites
depuis le 13/09/2009

Sondage

Quelle rubrique préférez-vous ?

Mes articles

Les CP d'Odebi

Les nouvelles

Les auteurs libres

Mes petits écrits

Résultats

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.9
PHP version 5.2.17